L'ACTUALITÉ TAURINE
(Les dernières 48 H)
Pour toute l'actualité archivée d'Août
cliquer sur "Août"  ci-dessus (par dizaines)  -  (De même, pour tous les autres mois, à leur place - par dizaines de jours)
Les Chroniques de 
Patrick Beuglot
 
 

I     ICI, NOUS COMPRENONS, ET ACCEPTONS, QUE L'ON DISE: "LA CORRIDA, JE N'AIME PAS!"
                                                                        MAIS NOUS N'ACCEPTERONS JAMAIS QUE L'ON DISE: " LA CORRIDA, JE N'AIME PAS…DONC, IL FAUT LA SUPPRIMER! "

 
 

PONTONX-SUR-ADOUR - Vème édition de "LA FRAGUA"

Samedi 24 et Dimanche 25 - PONTONX:
     Tous les détails de l'édition 2018 de la Fragua, dans le site de Juan Leal:
     http://www.juan-leal.com/accueil-francais/la-fragua-2018/
     Voir en ce video la présentation de l'événement 2018:
     https://www.youtube.com/embed/hLu8gUc-uxM

 
 
 ACTUALITE... 
 

MADRID-VISTALEGRE: LES TOREROS, MIEUX QUE LES VICTORINOS !
     Emilio de Justo "doit", de pur droit, faire deux paseos à la proche San Isidro.
     Curro Diaz "marque" la tarde de sa fine toreria…
     Mal servi, Daniel Luque confirme sa nouvelle solidité.

     18 Février - Beaucoup attendaient la première corrida-hommage à Victorino Martin, ce "Sorcier de Galapagar" que tous regrettent déjà… Ce fut la première, et l'on imagine qu'il y en aura d'autres, au fil de la saison, notamment en France. Pourtant, et même si l'entrée est correcte (entre 1/2 et 2/3 de plaza), on aurait pu penser qu'en cette occasion, Vistalegre pouvait, et devait se remplir…
     Nous sommes à Madrid, et "on" dit que son Aficion est "l'élite"… L'élite de quoi? - Du snobisme taurin, qui mène à "venir se montrer", lors de la San Isidro, quitte à laisser vide le ciment de Las Ventas, au restant de l'année? - Pour le moment, Simon Casas n'a pas réussi à "attirer la masse", hors les deux ferias de printemps et d'automne. Et donc il ne faut pas forcément s'étonner de voir de gros vides, à la Chata en Février, malgré "l'événement" et un cartel torero très attrayant…
     En Février, tout aficionado Madrilène devrait "avoir soif" de Toros! Et donc, "même deux tiers de plaza", en une telle occasion, est un échec. A la fois de l'empresa, de l'Aficion Madrilène… et de la Fiesta Brava toute entière.

     La corrida, elle, a tenu ses promesses, en particulier du côté des hommes. On a dit ici quel était "le challenge perso" de ces trois diestros, avec des conséquences possiblement dures et injustes, s'ils passaient au travers. Or, "oreille ou pas!", ils ne sont pas passés au travers. Aucun d'entre eux!
     Curro Diaz, qui a confirmé sa toreria, non exempte de poder, sort renforcé de cette tarde, à la veille d'une temporada des plus importantes pour lui. - Daniel Luque "divisera" peut-être. Pourtant, scouper, touchant malheureusement "le garbanzo" de la corrida, sorti cinquième (comme quoi "Si hay quinto malo!), le Sévillan a fait montre de cette fermeté, non exempte de finesse, face à un premier adversaire un peu trop court et irrégulier de charge.  - Mais, comme on l'espérait, c'est Emilio de Justo qui a surpris et "confirmé", aux portes de Madrid. Une oreille "forte" de son premier, et s'il n'ouvre pas la grande porte du palais, il "entre-ouvre" fortement le porton des cuadrillas de Las Ventas, pourquoi pas pour deux paseos à la San Isidro… dont la corrida de Victorino.
     En un mot, une tarde "importante", dont où seuls les toros "honorés" se sont montrés relativement  discrets, au plan de la durée et des forces… tout en manifestant la personnalité qui est la leur.

     Samedi 17 Février - MADRID (Palacio de Vistalegre) - Corrida hommage à Victorino Martin (1ère du Cycle d'Hiver) - Moins de 2/3 de plaza (environ 6000 personnes): Toros de Victorino Martin, portant devise noire. Toros bien présentés, pour la plaza, le 2ème étant protesté; tous "dans le type", armés sérieux mais réduits, qui ont donné un jeu inégal, avec cette caste "très personnelle" qui est la leur. Forces limitées pour les deux premiers; Durée et caste pimentée, chez le troisième; Qualité chez le quatrième, mais manque de fond, les cinq et sixièmes étant les plus "négatifs".
     Poids de la corrida: 502, 515, 520, 548, 506 et 501 kgs.
   
Curro Diaz (de pourpre et or): Ovation, après petite pétition; et Une oreille - montra grande toreria, d'entrée, face au beau premier, avec le capote. De même, le début de faena, brindée au ciel, séduira le public, mais le toro, limite de trajet et de caste, ne permettra pas de lier les séries, obligeant aux recours, sans parvenir à transmettre tout à fait. Raison pour laquelle la pétition ne fera pas l'unanimité, après un bon coup d'épée - Le quatrième sera noble, de rythme suave, malgré une sortie déroutante. Brindée à Victorino fils, la faena débutera magnifiquement, toute d'empaque. Une faena relativement courte, qui fera l'admiration de tous, en certains passages, en particulier main gauche, mais sans arriver à "l'explosion", le toro sortant souvent "atontado", distrait, tête en haut, des muletazos. Toute en finesse, en délicatesse, en toreria! L'épée est entière, desprendida, et l'oreille unanime, tandis que "Mediopelo" est ovationné à l'arrastre.  
   
 Daniel Luque (de bleu marine et or): Ovation; et Silence "divisé" - n'aura pu démontrer "qu'à moitié" les capacités qui sont actuellement les siennes. Il fut le plus mal servi, le cinquième sortant "en alimaña", sans option aucune, parce que faible et en courte défensive - Il le lidia et conclut, mal, en deux voyages. - Par contre, on lui aura vu d'excellentes choses, d'abord dans les véroniques de réception; puis à la muleta surtout main droite, face au deuxième de la tarde, hélas limité de forces, court et inégal de charges. Au moment où Luque, solennel, allait lier deux ou troisième muletazo, surtout à gauche, le toro fléchissait, lui restant dans les jambes. Malgré ce, de très bonnes choses du Sévillan, sur les deux mains, hélas un peu gâchées par une lame, caida.
    
Emilio de Justo (de bordeaux et or): Une oreille, après avis; et Ovation - a touché, dans le troisième de la tarde, le toro dont il avait besoin pour montrer sa toreria et démontrer ses capacités. Toro "encastado", qui débuta faiblot, hésitant au cheval, mais "remontant" fortement au troisième tiers. Déjà torero et vaillant, d'entrée, avec le capote, De Justo montra grande fermeté et poder, face à un toro d'émotion et de caste, se retournant très vite. Un vrai duel, que le torero remporta et surtout, conclut d'un gros coup d'épée, certes en arrière mais "atracandose de toro", porté "à fond et droit"! Faena certes incomplète, mais oreille "en or", qui doit lui servir pour d'autres paseos Madrilènes - Le sixième "mentira", sortant avec envie, prenant deux piques mais faisant vite montre de caste "dure et courte", inégale de charge, le toro "reponiendo", prenant de plus en plus de sentido et mettant le diestro en difficultés, à plusieurs reprises. De Justo "aguanta" bien, mais tua bas. Il perdait là "la Puerta Grande", mais nullement le bénéfice d'un "gros but", marqué aux portes de la Monumental, pour la San Isidro.   

Ils y étaient:
     La vidéo-résumé de la corrida - via "Burladero.Tv":
     https://www.youtube.com/embed/N2QLMDT4vzE
     La reseña de la corrida - par Zabala de la Serna, pour "El Mundo":
     https://amp.elmundo.es/cultura/toros/2018/02/17/5a88829e268e3e263b8b4594.html
     La reseña de la corrida - par Antolin Castro, pour "Opinion y Toros":
     http://www.opinionytoros.com/noticias.php?Id=58044
     La reseña de la corrida - par Alexandre Guglielmet, pour "Eltico.org":
     https://www.eltico.org/index.php?option=com_content&view=article&id=9616:madrid-vistalegre-17-02-2018-curro-diaz-et-emilio-de-justo-coupent-chacun-une-oreille-23170218&catid=19&Itemid=238
     La reseña de la corrida - par Alejandro Martinez, en "El Pais":
     https://elpais.com/cultura/2018/02/17/actualidad/1518907792_284903.html
    
La reseña de la corrida - par Patricia Navarro, pour "La Razon":
     https://www.larazon.es/toros/curro-y-de-justo-homenajean-a-victorino-JA17718133
     La reseña de la corrida - par Carlos  Hidalgo, pour "Desdelcallejon":
     http://desdelcallejon.com/torrejoncillo-torerazo-emilio-justo-elegancia-torera-los-victorianos/
     Les photos de la corrida - par Julian Lopez, pour "Mundotoro":
     http://www.mundotoro.com/noticia/galerias/vistalegre-17-02-2017-i-julian-lopez
     Les photos de la corrida - par Victor Luengo, pour "Desdelcallejon":
     http://desdelcallejon.com/galeria-fotografica-1a-feria-invierno-palacio-vistalegre-victor-luengo/

 

ACTUALITE DE FRANCE… ET D’UN AILLEURS TAURIN!

      18 Février:  Toros2000, chaque samedi, passe le relais à un site de réelle importance, pour ce qui est de « la Culture Taurine ». Allez donc voir, régulièrement, le calendrier de manifestations d’Aficion, loin ou tout près de chez vous, en visitant :
    
La semaine de www.toreria.net

 
VOUS AVEZ MANQUE LE "TENDIDO CERO" DE CETTE SEMAINE... (Emission du 17 Février 2018)   
     ... prenez le temps de le visionner (ou de le revoir), ici, en la rediffusion de TVE2  :
     http://www.rtve.es/alacarta/videos/tendido-cero/tendido-cero-17-02-18/4481124/
 

BOGOTA - Dernière: LE MANO A MANO DES BRAVES!
     Juli coupe deux oreillesà "Lancero", toro qu'il a gracié… et qui l'a blessé.
     En pleine maturité torera, Luis Bolivar donne une vraie réplique, avec digne talent.
     Corrida d'émotion, en une Santamaria pratiquement pleine.

     19 Février: On l'attendait, cette corrida. Et d'entrée elle avait provoqué la passion, la division: Que venait faire Luis Bolivar en mano a mano avec le Juli, en clôture de saison? - Certes le Caleño avait fait bonne saison, mais il était ici "très vu" et personne ne donnait cher de sa confrontation avec le Madrilène, même s'il y avait à l'affiche deux toros de Mondoñedo, qui sont à la Colombie, ce que Victorino est à l'Espagne: Des toros "fieros", encastados, "différents"…  Juli avait accepté le défi… pour la première fois de sa longue carrière.
     Est-ce pour cette raison que, malgré le ciel gris, la Santamaria s'est bien emplie? - Est-ce pour le mano a mano, malgré son "déséquilibre"? - Est-ce pour le Juli? - Est-ce parce que c'était "la dernière"? - Est-ce que c'est parce que "l'on pressentait que… ?
     - Près de trois heures plus tard, Bogota savait pourquoi elle avait pratiquement rempli sa plaza! Trois heures plus tard, fourbue d'émotion, elle ovationnait la sortie de Luis Bolivar, "à pied", par respect pour le Juli, blessé, à l'infirmerie. Un Juli qui s'était magnifiquement comporté face au toro de Mondoñedo, le premier de sa carrière, et qui avait mis le feu à la plaza, devant "Lancero", le grand toro cinquième, de Juan Bernardo Caicedo, au point d'en obtenir l'indulto, non sans auparavant avoir subi une cogida dont il sortit blessé, d'une longue et profonde estafilade de 15 cms à l'arrière de la cuisse gauche. Trois heures après, le public Bogotano avait vécu "La Fiesta Brava", la fête des braves et du pundonor torero, notamment avec un Luis Bolivar qui a fait bien plus que défendre ses couleurs, coupant des trophées "de Torero", face à un lot peu facile, auquel il ajouta un sobrero… Avec des banderilleros de grande valeur et de pundonor, qui se la sont jouée en plusieurs moments! Avec des picadors qui ont du faire face, au point de mordre la poussière!
     En un mot: Une vraie corrida de Toros, qui tombe parfaitement bien, à l'heure où la Santamaria éteint ses lumières et laisse place à un autre combat, dans une autre arène, bien plus "mansa": Le Congrès des Députés! L'Etat! La démagogie  et électoraliste… Bref : "la chienlit politicienne"!
     Une vraie corrida de toros, bien sûr avec "ses mas et se menos!", mais qui démontre, une fois de plus que le Juli "s'il voulait", serait le seul vrai concurrent au N°1 actuel: Enrique Ponce. Du Juli, on n'attend pas "l'esthétique" ou "l'empaque"… on attend "le poder", la domination et, s'il pouvait faire mieux la suerte de matar, on serait tous derrière lui, tissant tous les lauriers. Mais pour cela, il lui faut des adversaires "à sa taille", des adversaires qui exigent "de la bagarre", et non "de la dentelle", comme pour les Morante, Manzanares "and co"!   - Hier, face au Mondoñedo et même au "Lancero", Juli a démontré "la caste" qui est sienne…
     ... Et, même s'il y rechigne, ce que l'on peut entendre à vingt ans de carrière, c'est ce Juli-là qui ferait l'unanimité… et pousserait Ponce à une glorieuse retraite. Il l'a démontré hier à Bogota! Il doit le démontrer demain en Europe. Et tant qu'il reste avec les Garcigrande et les "natillas de Matilla", Enrique Ponce peut dormir tranquille… ou presque! - Asi de claro!
     En tout état de cause, une grande tarde, en clôture de la Temporada en la SantaMaria de Bogota… Et une tarde qui sert… "la Cause!"

     Dimanche 18 Février - BOGOTA (Colombie) - 5ème corrida (6ème et dernière de la temporada en la Plaza Santamaria) - Plus de 3/4 de plaza - Tarde grise, pluvieuse: Toros de trois fers différents: Ernesto Gutierrez Arango (1 et 2èmes), relativement peu présentés, noblones et sosos; Mondoñedo (3 et 4èmes), inégaux de présence, mais encastés et coriaces; et Juan Bernardo Caicedo (5 et 6èmes), très bien présenté, brave et complet le 5ème, du nom de "Lancero" - N°883; 485 kgs -, qui fut gracié; auxquels s'ajouta un sobrero 7ème, de Mondoñedo, bien présenté et compliqué, demandé par Luis Bolivar.
    
Mano a mano entre El Juli et Luis Bolivar.
   
 El Juli (de bordeaux et or): Une oreille; Silence; et Deux oreilles "symboliques", après blessure - a débuté "en Juli habituel" et a terminé, blessé mais glorieux, "en Figura" - Facile devant le premier de la tarde, toro "limité en tout" de Gutierrez, Juli tua mal, au julipié et coupa une oreille, bien généreuse - Par contre, et bien qu'il tua très mal, se méfiant et pinchant deux fois, il "s'envoya" le premier Mondoñedo de sa carrière, dont il se méfia pas, coupant le premier tiers, mais qui "remonta" durement à la muleta, obligeant le torero à monter d'un cran, courage, technique et "casta torera". Après s'être fait surprendre, dans la première série, Juli "baissa la main", durement, faisant monter la fièvre dans la plaza. A gauche, le toro coupa la charge et le Madrilène, revenant sur main droite, imposa une série qui mit tout le monde d'accord. Dominio, poder, Juli en pleine force, face à un toro qui ne l'était pas moins. Malheureusement, il se méfia, au moment de l'épée, en deux pinchazos au traître "Julipié", perdant les trophées. - Puis sortit "Lancero", cinquième de la tarde, bien présenté, qui  s'avéra être le meilleur toro de la temporada Bogotana: Toro brave en piques, "con fijeza", qui mit à bas le piquero William Torres (évacué à l'infirmerie- heureusement: pas grave!), et répondit ardemment au quite du Juli par lopecinas, sous une grande ovation. Brindant à Felipe Negret, Juli débuta par doblones et immédiatement, le toro fit preuve de grande classe. Juli tira les premières séries, dominatrices mais de plus en plus longues et relâchées, le public accompagnant de ses ovations. Sur main gauche, l'intensité baissa un peu, mais Juli remonta le vibrato, main droite, le toro chargeant noblement  mais sans innocence. Tout à coup, en fin de faena, tandis que Juli a été chercher l'épée et qu'il torée main droite, "Lancero" le surprend, l'enlève et le jette au sol où il lui met la corne sous la fesse gauche. Emotion intense et tous au quite! Blessé, saignant de la bouche, Juli revient au combat et impose un final de faena où la bravoure du toro et de l'homme se confondent en un moment inoubliable. Déjà le public demande l'indulto, et de même le ganadero. Au palco, le mouchoir tombe soudain, sous une immense ovation. Clairement blessé, Juli se retire au burladero et va attendre un long moment que "Lancero" veuille bien rentrer au chiquero, pour des soins et d'autres chemins "de glorieuse paix". Immense ovation pour le Juli, qui salue, deux oreilles en main, et part pour l'infirmerie. Enorme moment torero du Juli, et grand toro que ce "Lancero".
   
 Luis Bolivar (de noir et or): Une oreille; Silence après avis, Silence; et Une oreille du sobrero -  se montra "grand torero" toute la tarde, montant bonne faena à son premier, notamment sur main gauche en deus séries de longues naturelles. Tuant d'une bonne entière, desprendida, il coupe une oreille "forte", avec pétition de la seconde - Devant le Mondoñedo quatrième, un bon quite par chicuelinas et grosse fermété à droite, moindre à gauche, en une faena torera, mal close à l'acier: Pinchazo, épée en bas et deux descabellos - Malheureusement, le sixième n'offrait aucune possibilité, raison pour laquelle Bolivar demanda le sobrero. le Caicedo, court, chargeant "a saltos", tout en défense, ne permit rien, malgré toute la volonté du Caleño qui ouvrit par deux cambios dans le dos - Lorsque sortit le sobrero, de Mondoñedo, Bolivar attaqua fort, toréant "inégal mais vibrant" que main droite, aguantant bien le genio du toro. A gauche, ce fut l'échec, et lorsqu'il voulut revenir main droite, le toro avait définitivement changé. Bolivar "batailla" dignement et relança l'ovation par les manoletinas ultimes. Dans la ferveur générale, il porta une épée, hélas caida, qui n'empêcha cependant pas la pétition et l'octroi d'un trophée. Au final, la vuelta fut d'apothéose, et la sortie de même, le public saluant le geste de Bolivar, refusant la sortie a hombros, par respect pour le compagnon blessé.
    
La blessure du Juli: Spectaculaire mais peu grave cornada en la partie haute, postérieure de la cuisse gauche, d'une extension de 15 cms, produisant des dégâts musculaires. Le diestro est opéré à l'infirmerie et évacué sur la clinique del Country, de Bogota.

Ils y étaient:
     La video-résumé de la corrida : Attente
     La reseña de la corrida - par Mauricio Sepulveda, dans "Toros en el mundo":
     https://torosenelmundo.com/2018/02/18/en-bogota-las-luces-y-sombras-de-el-juli-que-resulto-herido-en-tarde-importante-de-luis-bolivar/
     La reseña de la corrida - par Jorge Arturo Diaz Reyes, dans "CronicaToro":
     https://todotoroblog.blogspot.fr/2018/02/bogota-6-cronica.html?view=magazine
     Luis Bolivar et la reseña de la corrida - par G.Rodriguez, dans "Tendido 7"- A ouvrir en clic droit "dans une nouvelle fenêtre":
     http://tendido7.com.co/julibolivar-cierre-memorable-en-la-santamar%C3%ACa
     Juli et son premier Mondoñedo" - par G.Rodriguez, dans "Tendido 7" - A ouvrir en clic droit "dans une nouvelle fenêtre":
     http://tendido7.com.co/juli-y-la-lidia-de-un-mondo%C3%B1edo-por-vez-primera
     Juli et "Lancero" - par G.Rodriguez, dans "Tendido 7" - A ouvrir en clic droit "dans une nouvelle fenêtre":
     http://tendido7.com.co/lanceroun-juanbernardo-excepcional-indultado-por-el-juli
     La reseña et les images de la corrida - Dans "El Mundo":
     http://www.elmundo.es/cultura/toros/2018/02/19/5a8a7e2c268e3e5f648b4582.html
     La reseña de la corrida - par Jose Luis Garcia, pour "Antena2"/ Bogota:
     http://www.antena2.com.co/toros/noticias/sangre-de-%E2%80%9Cel-juli%E2%80%9D-hombr%C3%ADa-y-tauromaquia-en-118928
     Les photos de la corrida - par Jorge Arturo Diaz Reyes, dans "CronicaToro":

     
https://todotoroblog.blogspot.fr/2018/02/bogota-6-cronica.html?view=magazine
     Les photos de la cogida du Juli, par "Lancero" - par Julian Velasco, dans "Mundotoro":
     http://www.mundotoro.com/noticia/galerias/secuencia-cornada-el-juli-bogota-18-02-18-julian-velasco

 

DIEGO VENTURA: "CA VA BIEN, MAINTENANT !!!!"

     20 Février - Voilà qui fait plaisir: Un torero er un homme, qui ne mâche pas ses mots, tout en restant correct (un de nos politiques  pourrait en prendre graine!) et surtout… démontre, dans le ruedo, la caste que d'autres n'ont pas…
     On sait "les putadas" dont vient d'être victime Diego Ventura, que ce soit à Valencia ou, surtout, à Séville! - Au prétexte qu'il a confirmé "un peu fort" qu'il désirait lidier des toros "de plus de force et mobilité", créant plus d'émotion! que les Fermin Bohorquez, le voilà condamné à faire banquette, comme pour bien marteler que "Ici, ce ne sont pas ceux qui se jouent la peau chaque jour qui commandent, mais bien ces messieurs en complets-veston, confortablement installés dans leur bureau, derrière leur calculette…
     Importante, la déclaration de Diego Ventura, hier, en conférence de presse dans un grand hôtel de Séville! Important, son geste de prendre seul six toros, en plaza de Espartinas, au même jour, à la même heure que la corrida du Rejoneo de la proche Séville en Feria, et ce pour une bonne cause… Important son désir de prendre seul, six toros à Madrid, …
     Mais… après son accord d'association avec le Señorito Ramon Valencia, de Séville, Simon Casas donnera t'il suite? - On se souvient qu'avec un certain mépris, Ramon Valencia avait reproché au torero ses déclarations, en direct, aux micros de la Télé, lors de la dernière corrida de Feria…"Cela ne se fait pas!" avait il tranché...  Or Diego Ventura et son apoderado ont bien confirmé que cela fait plusieurs fois qu'ils parlent de vouloir toréer "autre chose" que Bohorquez. Non qu'ils considèrent la ganaderia Jerezana comme "mauvaise", mais parce que le torero souhaite avoir à combattre un toro de plus d'allant, en un mot "plus encasté", qui va mieux avec son toreo. Et de bien préciser que l'Empresa n'a jamais voulu entendre cela. En un mot: "Ni puto caso"!
     "Quelque chose ne va pas, qui commence à être gênant !! - On ne m'appelle pas à Valencia; On me vire de Séville; Cela fait quatre ans que je ne vais pas à Jerez; Pour le moment, Madrid ne m'a pas contacté; Je n'ai jamais débuté à Pamplona, ni Logroño; Je ne suis pas revenu à Nîmes, après avoir triomphé très fort; Ni à Zaragoza, malgré un rabo à la dernière actuacion!!! Cela commence à faire un peu beaucoup "
     Hombre! On peut en chercher, des raisons… et en trouver! - "Venganza y putadas!": Ventura qui laisse Matilla, en 2014, et ne torée pas, depuis, à Jerez!!! - Salement "normal", puisque c'est Matilla qui fait Jerez. Les plazas du Nord: Pays Basque, Pamplona, Logroño… (auxquelles on ajoutera Bayonne), plazas "de Pablo Hermoso de Mendoza"! Un ennemi juré… qui n'ose pas affronter "'de face", dans les ruedos, le fougueux cavalier de La Puebla del Rio !  A grand tort, d'ailleurs! Mais.... chacun connait ses limites!
     Alors, après la "punition" de Séville, bassement couvée par le Señorito Ramon Valencia (pas meilleur qu'Eduardo Canorea!), Diego Ventura souhaite prendre six toros, "en unico espada", à Madrid. Et ce pour célébrer ses vingt ans de Rejoneo…
     Quelle réponse sera faite à ce projet? - Un projet "de Figuron" et d'authentique "Numero 1"? - Un projet "risqué", qui ne peut qu'intéresser l'Aficion… Alors!! Simon Casas, empresa de Madrid, se montrera t'il "Un Señor", ou lui aussi se rangera t'il dans le camp des… "Señoritos"?
     - Malheureusement, on peut tout craindre!!!
     En tout cas, Diego Ventura, face aux micros comme aux toros, s'est montré "Una Figura". Et cela, personne ne pourra le nier!

En video: La conférence de presse de Diego Ventura et Pablo Lozano, hier à Séville - par "Mundotoro":
     https://player.vimeo.com/video/256553492?autoplay=1

A lire, ici, dans "Mundotoro", les déclarations de Diego Ventura. Hier à Séville:
     http://www.mundotoro.com/noticia/quiero-seis-toros-en-madrid/1358729
De même, dans "ABC" Sevilla:
     http://sevilla.abc.es/cultura/toros/sevi-diego-ventura-no-puedo-dejar-estar-sevilla-cumplo-20-anos-alternativa-201802191507_noticia.html

 

"LA FRAGUA 2018…"

     20 Février: Ce week end, en la placita de Pontonx/Adour, la Vème édition du traditionnel concours monté par Juan Leal, en découverte des nouvelles valeurs, et d'éventuelles "Figuras de demain". A l'habitude, la compétition se déroulera en deux manches: 12 Jeunes, repérés par le diestro français et son équipe. Eliminatoires, le samedi; et finale, le Dimanche…
     Cette année, outre les invités et associés de toujours (Victor Mendes, Richard Milian), on aura plaisir à retrouver Ricardo Chibanga, ce diestro de couleur qui connut son heure de gloire vers les années 74, parvenant même à "entrer" dans la Feria de Séville, et y briller. Un type extrêmement sympa! Et comme président de cette cinquième édition du concours: Rui Bento Vasques, matador, apoderado et… empresa du Campo Pequeno de Lisbonne.
     Alors, que sorte "le torillo de la oportunidad 2018", et suerte à tous!

     Tous les détails de l'édition 2018 de la Fragua, dans le site de Juan Leal:
     http://www.juan-leal.com/accueil-francais/la-fragua-2018/
     Rappel de la Fragua 2017 - dans le site de Juan Leal:
     http://www.juan-leal.com/accueil-francais/la-fragua-2018/la-fragua-2017/

 

QUAND CES DAMES S'EN MÊLENT !

     21/22 Février - "Et pourquoi pas ?" - Dans un monde, ou une profession artistique, où "El (ou ella) que vale… vale!", il est tout à fait concevable qu'une "Torera" devienne une star, et même "Figura del Toreo". Surtout en une époque où tout porte à croire en l'égalité entre les messieurs et dames… sauf quand il faut porter des valises ! - Peu importe, au fond, puisque le fait de porter les valises de ces dames, quel qu'en soit le poids, traduise une galanterie qui devrait couler de source… D'ailleurs, "les temps changeant", il va bien falloir penser à trouver un mot traduisant "la galanterie" des "nouvelles femmes" envers les hommes, tant elles deviennent d'authentiques "machos" , pardon "machas", et les hommes des mazettes…
     Bref, en une époque "tourmentée", où les excès de toutes sortes envahissent les unes des journaux, la mode étant que chacune vienne revendiquer le harcèlement, ou pire, dont elle a été victime par un passé récent ou plus éloigné, "la guerre des sexes" est ouverte… ce qui est vraiment dommage! - Ici, on soutiendra toujours, à l'ancienne, que la femme doit être considérée, respectée pour ce qu'elle est, dans sa naturelle "différence", protégée, admirée et aimée… Et c'est à l'homme d'assumer, de se responsabiliser, en tout lieu, et en toute occasion!
     Quant aux femmes… à elles, également, de faire la différence et de ne pas se laisser entraîner dans des mouvements outrageusement revendicatifs, menés par des "mal dans leur peau", pour ne pas dire autre chose… Bien sûr il faut se défendre, et les hommes "nobles", seront le premiers à soutenir: Ici, on considérera toujours qu'il ne doit pas y avoir de "prescription", dans les cas de viol et violences faites aux femmes… mais on soutiendra également que des femmes, en petit comité, devisant plaisamment "du joli petit cul" du gars d'en face, ou du compagnon de bureau…cela existe aussi! - A que si?

     Dans les toros, même si les choses, pour elles, sont difficiles, surtout lorsqu'elles arrivent à un certain niveau, les femmes commencent à bien montrer le bout de leur joli nez… et c'est très bien ainsi… "à condition que!"  - A condition "qu'elles valent!" - Les récents exemples de Maribel Atienzar, dans les années 79/80; et surtout Cristina Sanchez, bien plus près de nous (95/99), ouvrent bien des pistes à de vaillantes jeunes femmes, ici et là, sur les deux continents taurins, qui parviennent à faire parler d'elles, non pour leur joli minois, mais bien pour leur vaillance et leur talent torero. Et là! Chapeau bas, car elles affrontent gaillardement ce qui ferait fuir la majorité d'entre nous…
     En parcourant l'Histoire, ancienne et récente, elles commencent à être "petit bataillon" de toreras qui, avec immense courage, ont affronté… les toros et les hommes, car on ne peut nier que le mundillo ait des côtés "super macho", ancré qu'il est sur "la force" masculine… et la faiblesse féminine. Ou supposée telle!  - Depuis, malgré une "charpente" corporelle qui  n'est que moyennement faite pour l'esthétique torera (c'est ainsi!), des jeunes toreras ont fait parler d'elles, et en "très bien"… Dignes héritières de Juanita Cruz, et outre les deux toreras déjà citées, Maribel et Cristina, le Toreo a du saluer les Angela, les Mari Fortes (mère de Saul Jimenez Fortes), les Mary Paz Vega, comme actuellement les Hilda Tenorio, Conchi Rios, et, tout dernièrement, Rocio Romero…
     Dimanche donc, Rocio Romero a fait ses débuts en novillada piquée, dans le cadre du Palacio Vistalegre de Madrid. - Cette jeune Cordobesa, de Dos Torres, a débuté en 2015, à Villacarillo (Jaen), en 2015, et s'est vite faite repérer pour sa toreria, au point de défiler, l'an dernier à Séville, et d'y couper trophée. Et dimanche, en un "double challenge" des plus ardus (Présentation "con picadores" et "à Madrid") la jeune femme a fait très bonne impression, montrant un certain "empaque" et coupant une oreille tout à fait méritée… A son second, hélas, les limites physiques se firent plus prégnantes, et dix-huit descabellos gâchèrent un peu la fête d'une faena souvent plaisante. Cependant, Rocio Romero avait convaincu d'une chose: "Elle est Torero!", ou "Torera"! Et Vistalegre, malgré son quart de plaza, l'a ainsi confirmé.
     Alors "A quand un cartel "Totalement féminin", dans la plaza N°1? Cartel international, avec entrée gratuite pour le public du dit "sexe faible"?
     - Il y aurait belle ambiance! Cela nous changerait des caprices du sieur Jose Tomas, de mignardises du sieur Manzanares… et de tonnes de muletazos polycopiés du reste de l'Escalafon… Ce serait "un bon coup de com" pour tous, et permettrait d'officialiser  un fait maintenant indéniable: "Nous avons aussi rencontré des Femmes-Toreros, et ma foi, elles toréent "mu requetebien!"

     Dimanche  18  Février  - MADRID (Palacio Vistalegre) - Novillada piquée (2ème de la Feria d'Hiver) - 1/4 de plaza: Novillos del Parralejo, bien présentés en de bon jeu en général. Nobles mais parfois limités de forces, comme le bon 6ème. 2 et 4èmes furent les toros de meilleur jeu.
    
"Toñete" (de bordeaux et or): Ovation après avis; et Une oreille - a déjà du métier, ce qu'il démontra devant un premier adversaire peut-être touché dans une méchante vuelta de campana. Toreo suave, laissant le temps, mesurant les charges, ne bousculant pas aux toques. Du métier… sauf à l'épée: Trois entrées et perte d'un possible trophée. -Devant le quatrième, brave au cheval, Toñete brinda à Emilio de Justo une faena classique, sobre et de bon goût, surtout en fin de faena, où il affirma sa personnalité. Epée rapide, un peu basse, et une oreille, logique.
   
 Angel Tellez (de blanc et or): Ovation après avis; et Une oreille - fit grosse impression devant son premier, par son envie, son courage et de très bonnes choses, variées, avec cape et muleta: Saltilleras au cordeau, début à genoux, valeureux; bonnes séries sur les deux mains et remate par bernardinas, se faisant prendre sans mal. Hélas il perdit tout à l'acier: Trois entrées et quatre coups de verduguillo - Devant le cinquième, reservon, court de charge, Tellez monta un bon quite par chicuelinas, puis essaya de construire une charge en un trasteo volontaire, un peu inégal et clos d'une lame tombée. Oreille, pour l'ensemble d'une actuacion "très torera".  
    
Rocio Romero (de framboise et or): Une oreille; et Ovation, après deux avis - se montra logiquement nerveuse, face au toro de sa présentation ("Pamplonica" - 498kgs), un "désordonné" qui accrocha le banderillero Roberto Ortega et lui mit une terrible paliza. Trasteo inégal, très volontaire, avec de bons passages mais sans dominio, clos d'une lame basse. Oreille demandée à grands cris - Par contre, beaucoup plus convaincante devant le sixième, moins solide et plus templé de charge, toréé avec un certain empaque.  Malheureusement, le triomphe partit en méchante fumée à cause quatre entrées a matar et quelques dix-huit descabellos. On frôla le toro al corral.

Ils y étaient:
     La vidéo-résumé de la novillada - via "Burladero.Tv":
     https://www.youtube.com/embed/LIUJsc94PNY
     En vidéo, l'actuacion de Rocio Romero - par Jesus Iglesias:
     https://www.youtube.com/embed/JwhVSz7JwV8
     La reseña de la novillada - par Zabala de la Serna, pour "El Mundo":
     https://amp.elmundo.es/cultura/toros/2018/02/18/5a89c935268e3e3c368b4621.html
     La reseña de la novillada - par Alexandre Guglielmet, pour "Eltico.org":
     https://www.eltico.org/index.php?option=com_content&view=article&id=9621:madrid-vistalegre-18-02-2018-le-trio-a-quelques-centimetres-de-la-sortie-a-hombros-21180218&catid=19&Itemid=238
     La reseña de la novillada - par Patricia Navarro, pour "La Razon":
     https://www.larazon.es/toros/digno-debut-de-rocio-romero-MD17720963
     Les photos de la novillada - par Julian Lopez, pour "Mundotoro":
     http://www.mundotoro.com/noticia/galerias/detalles-vistalegre-17-02-2017-i-julian-lopez
     Les photos de la novillada - par Victor Luengo, pour "Desdelcallejon":
     http://desdelcallejon.com/galeria-fotografica-2a-feria-invierno-palacio-vistalegre-victor-luengo/
     Les photos de la novillada - par Chele Ortiz, pour "Eltico.org":
     http://www.corridafrance.com/images/temporadas/2018/Fevrier/Madrid_18022018/index.html

 

SAN ISIDRO 2018: ATTENTION !!!

     23 Février: Comme dirait Panisse: "C'est ce coup-ci que la partie se gagne ou se perd!"…
     A peine la temporada est elle sur sa ligne de départ, avec Olivenza, Castellon en Valencia en premiers juges-arbitres, que du côté de Las Ventas, Simon Casas et ses associés sont en plein travail. En fait, depuis longtemps! Dans les bureaux de l'Empresa, les téléphones grésillent et l'on griffonne beaucoup! Sur l'immense puzzle de la San Isidro 2018, des noms commencent à s'imbriquer, composant la plus géante des mosaïques toreras, avec, au bout du compte, mille casse-têtes… et le risque de voir son programme "démoli" avant que d'être officiellement annoncé…
     San Isidro, on le sait, c'est trente jours, un mois entier de toros, à partir du 10 Mai… Ca l'est parce que les diverses empresas, au fil des ans, en ont décidé ainsi, une des rasions premières à cela étant que le public vient en masse à la Monumental, durant la Feria… mais déserte la plaza au restant de l'année, exception faite de la mini-feria de Otoño…
     Cette année sera… la deuxième de l'expérience "Plaza 1", menée par Simon Casas. - Outre maintes déclarations au feu de la passion qui est sienne, le Français voulait, prétendait changer les choses, afin faire revenir le public "sur toute l'année", et non pas seulement au soleil de Mai-Juin. Or on aura vu qu'en 2017, rien n'a changé, ou si peu! San Isidro est restée "le plat fort" de la saison, succulent pour l'empresa, un peu moins pour ceux qui, en direct ou à la télé, ont du "se peler" autant de festejos, sans que la Feria ne soit aucunement "historique".  
     Bien sûr, le temps jadis était tout autre! La Fiesta de même! Mais la San Isidro, même à seize ou dix-huit festejos, restait la plus grande et première feria du monde…
     Pour exemple: San Isidro 1968, il y a cinquante ans: 16 corridas! Toutes les figuras, ou presque, s'alignent (excepté El Viti et Palomo Linares). En 16 festejos, Paco Camino, El Cordobes, Antonio Ordoñez, Diego Puerta viennent à trois! Antoñete, Curro Romero, et les "jeunes matures" Jose Fuentes, Tinin, Paquirri, Benjumea, viennent à deux. Les confirmants de l'année: Miguel Marquez, Manolo Cortes, Ricardo de Fabra, font deux paseos… Certes il y a des toros "pour figuras", comme Juan Pedro, Osborne, Galache, Pallares… mais on trouve également Miura, Pablo Romero, Urquijo, un corridon de Garcia Aleas et surtout, "Una señora corrida" du Conde de la Corte, où Antonio Ordoñez fit un tabac, lors de la confirmation triomphale de Miguel Marquez…
     "Ca! c'était une feria de San Isidro!!! 16 corridas! Pratiquement 16 événements!  - Et "on ne négociait pas La Bienfaisance  ou la corrida de la Presse, "dans le cycle" de San Isidro! Les deux corridas avaient lieu "indépendamment", hors ferias, et les cartels en étaient composés au vu des résultats de la San Isidro!!!  - On se souviendra que la corrida de la Presse 1968 voyait défiler Manolo Cortes et Miguel Marquez, précédé au paseo d'un Miguelin "sortant de prison", après le scandale qu'il avait monté en sautant de espontaneo à un toro du Cordobes. Superbe idée de "la Prensa", et triomphe absolu pour le "pardon" à Miguelin, avec six oreilles à la clef (par cogida de Marquez). Evénement "monumental", à la dimension de la plaza !!!!
     Comme on le voit: "Autres temps… autres mœurs!"… que l'on préfère, ô combien!!!

     Attention! Cette année, pour Simon Casas et "sa maison", ce sera "ce coup-ci que la partie se gagnera, en partie… ou peut se perdre, en grande partie!"  - Ou l'Empresa donne "un gros coup de volant d'imagination, de fermeté, même… à contre-courant! Ou elle avouera que "Es lo que hay!" et que l'on n'y peut rien changer!   
     Et a priori… cela en prend le chemin! Ce jour, "Mundotoro" montre "une première ébauche" de quelques carteles de la San Isidro prochaine. Une ébauche où l'on voit déjà "colloqués" les toreros de Casas… et déjà conçu le cartel de la Beneficencia! L'accord avec Manzanares impliquera "no problem!" et celui avec Ramon Valencia en fera de même pour Roca Rey, et probablement Ferrera!  - Bref: "Es lo que hay… y lo que habra!" Rien de bien nouveau, en somme, au parvis de la San Isidro 2018. Et, sans prédire ni d'avance médire de ce qui sera annoncé, on dira simplement une chose: "Ce n'est pas pour cela que Simon Casas a été désigné pour "relever Madrid!" Et de continuer ainsi… c'est lui qui tombera!
     Attention! San Isidro 2018: "C'est ce coup-ci que la partie se gagne ou se perd!"

A voir, dans "Mundotoro" : Une première "ébauche" de la San Isidro:
     http://www.mundotoro.com/noticia/el-primer-boceto-de-san-isidro/1358839

 

LE TEMPS QUI PASSE…

     24 Février: Dans quelques jours, une petite quinzaine, va se dérouler la Feria des Fallas 2018, en la plaza de Valencia… On en connaît les carteles, avec l'absence, surprenante, du Juli. Cela en constitue l'unique surprise, avec, en moindre degré, également l'absence du jeune Venezolano Jesus Enrique Colombo, que l'on aurait pu inclure, "automatiquement", en sorte de "reconnaissance et dédommagement", après qu'il eût manqué son alternative, le 11 Octobre dernier en Feria du Pilar de Zaragoza, s'étant fait gravement blesser, la veille, en sa novillada d'adieux, au coso de la Calla de Jativa! - Ca se fait, dans le beau monde!
     En parlant d'alternative… on est revenu, jeudi, sur un événement, un homme, et une date: 10 Mars 1968. Il y a cinquante ans! - Ce jour-là, "double événement": Valencia inaugurait sa plaza "transformée", rénovée, magnifique… et un torero Valenciano prenait l'alternative: Ricardo de Fabra. Et donc, jeudi dernier, on a célébré les cinquante ans d'alternative de Ricardo de Fabra, aujourd'hui âgé de soixante-douze ans. Comme le temps passe!
     Ce n'était pas un torero "de classe", mais, en bon Valenciano, c'était "un vaillant" et un torero "de traca", ou "de mascleta"… Novillero, il fit grosse impression, en 1967, foulant tous les ruedos importants, se présentant également en France, laissant digne impression. Un valiente! - Et donc, le 10 Mars 1968, Ricardo de Fabra, de blanc et argent vêtu, recevait l'alternative des mains de Julio Aparicio et avec Diego Puerta pour témoin, lequel en profita pour couper un rabo, ce jour-là. Les toros était de Galache et De Fabra coupa l'oreille de "Rondeño", le toro de la cérémonie. Quelques jours plus tard, le 14, c'est Manolo Cortes qui était sacré matador, de mains d'Antonio Ordoñez. Diego Puerta était encore témoin, et la terna coupa six oreilles à une corrida d'Urquijo.
     Sept corridas, pour ces Fallas 1968, dont une "pour les trois jeunes":  les deux nouveaux diestros se retrouvant avec un troisième, récemment baptisé: Miguel Marquez. - Comme on le voit, en sept courses, avec des figuras partout (Paco Camino, en deux courses, coupe cinq oreilles et deux rabos), on donne la chance de briller aux trois "recien alternativados", et au public, l'opportunité d'une corrida "à grande competencia"… Mais en cette époque, il y avait toujours "competencia", dans les grandes ferias. Toujours…
     Ainsi donc, jeudi, à l'Ateneo Mercantil de Valencia, c'est avec plaisir, joie, et un brin de nostalgie, que l'on a rendu hommage à Ricardo de Fabra, aujourd'hui digne et élégant "vieillard" de bientôt soixante-treize ans, entouré d'autres "figuras" de la toreria Valenciana… des "petits jeunots", comme Santiago Lopez (qui vient de faire 72 ans), torero "explosif" des années 70, aujourd'hui apoderado et co empresa; et Julian Garcia (74 ans) né près d'Albacete, mais "torero Valenciano" qui fit rugir les "grands publics", dans les années 72, notamment en débutant ses faenas par la passe "del reclinatorio", agenouillé sur un "prie-Dieu".
     Un joli moment… pour une page d'Histoire. De Valencia et de la Fiesta Brava.  - Ce qui est terrible, pour la mémoire des Aficionados de nos âges, c'est que, des douze diestros* engagés en ces Fallas 1968, neuf faisant "doblete", n'en restent que trois vivants: Ricardo de Fabra, dont on vient de parler, Paco Camino (77 ans), et Mondeño…"le torero-fraile", aujourd'hui âgé de 84 ans!!!
     Comme le temps passe, Señores !!   

Dans "Avance Taurino": l'hommage à Ricardo de Fabra:
     http://www.avancetaurino.es/homenaje-a-ricardo-de-fabra/
Dans "Bousaliria": l'affiche de l'hommage:
     https://i1.wp.com/www.bousalliria.com/wp-content/uploads/2018/02/ricardo-de-fabra12.jpg

* De ces Fallas 1968, sont à jamais partis aux paradis des Toreros: Antonio Ordoñez, Diego Puerta, Julio Aparicio padre, Cesar Giron, Miguelin, Paquirri, Sebastian Palomo Linares, Miguel Marquez, Manolo Cortes.  -  Figuras pa siempre!

 

SELON JOSE MATA…
     en … "Toros en el Mundo TV"

     Au Mexique, Jose Mata est une espèce "d'enfant terrible" du journalisme taurin. Grande gueule autant que grand aficionado, il écrit et parle avec exigence et "passion totale", ce qui le mène souvent à quelques outrances, pourtant non exemptes de vérité.
     Chaque semaine, Jose Mata, directeur de la revue taurine "Toros en el Mundo", présente un magazine vidéo, d'environ 40 minutes, où il commente l'actualité "des deux côtés du Charco", mais surtout, "de sa Terre", Mejico !
     A suivre, ici, chaque semaine:

     "TOROS EN EL MUNDO TV" -  Programme 22 Février 2018 - par JOSE MATA:
     https://www.youtube.com/embed/S6gb3XVkQPo

 
 
 
 
 
 
UN GRAND SALUT ET ABRAZO...
     ... à tous ceux qui nous suivent et envoient des mails, souvent émouvants, Français Aficionados installés au Mexique, au Brésil, en Chine, en Afrique du Sud, en Russie, au Chili, ou ... à Colmar !!!  (Si d'autres nous suivent, depuis d'autres terres, merci de le signaler!)
     Merci à vous, bonne route et bonne Aficion, même... là-bas !!!
     Fidèlement, depuis la France - Toros2000
 
 
 
 
 
 

GALERIES PHOTOS - Patrick Beuglot : SOUVENIRS, SOUVENIRS… DES FERIAS DE SUD-OUEST !
     "Ces toros et ces hommes… ce jour-là!" 

 

     Avis: Ces longues séries de photos n'ont pas vocation, ni prétention, "à l'artistique", mais plutôt celles de reportages sur "Ce qui s'est passé ce jour-là, toro par toro". Ainsi, vous retrouverez des moments que vous avez vécus, ou découvrirez ceux que vous auriez pu vivre, avec "ces Toros et ces hommes.. ce jour-là !"

     Avertissement technique:  Pour ouvrir chaque galerie, faire clic droit sur le lien et "Ouvrir le lien dans une nouvelle fenêtre" - (On peut visionner "en global", au "Uno por Uno", choisir "la" photo qui intéresse, ouvrir en diaporama; bref, naviguer à volonté)
     Bonne route, en espérant que cela vous plaira ! - Merci

 

TEMPORADA 2017

LES CORRIDAS DE BAYONNE
     29 Juillet - Rejoneo - Toros de Rosa Rodrigues,  pour Pablo Hermoso de Mendoza, Joao Moura et Lea Vicens.
     https://photos.app.goo.gl/zzcBYb2AVAi3BUSt2

     30 Juillet - Toros de Robert Margé, pour Manuel Escribano, Daniel Luque et Thomas Joubert.
      https://photos.app.goo.gl/JhyjGnIVwD0J5VLJ3

 

TEMPORADA 2016

LES CORRIDAS DE BAYONNE
     31 Juillet - Toros de Montealto, pour Juan Bautista, Sebastian Castella et Thomas Dufau.
     https://goo.gl/photos/mT1P4M2cWHiVvNC76

     15 Août - Corrida Goyesca: Toros de Domingo Hernandez, pour Miguel Angel Perera, Alberto Lopez Simon et Jose Garrido.
     https://photos.app.goo.gl/vaSZx2f2CbeXaX2n2

     3 Septembre: Toros de Pedres, pour Curro Diaz, Ivan Fandiño et Javier Jimenez. 
     (en reconstruction)

     4 Septembre: Toros d'Alcurrucen, pour Sebastian Castella, Daniel Luque et Jose Garrido.
     (en reconstruction)

DAX 2016:  Absent pour conflit avec les responsables.
MONT DE MARSAN - Feria de la Madeleine 2015:
Absent, pour raison de santé

 

TEMPORADA 2015

LES CORRIDAS DE BAYONNE
    
2 Août - Toros de Montalvo, pour Morenito de Aranda, Manuel Escribano et Ivan Fandiño.  
     (en reconstruction)
    
     15 Août - Goyesca - Toros de Antonio Bañuelos, pour Juan Bautista, Daniel Luque et Lopez Simon.
     https://goo.gl/photos/jEf2ueZBHPgDbsjh6
    
     5 Septembre: Toros de Pedres, pour Eugenio de Mora, Juan del Alamo, et Juan Leal.
     https://goo.gl/photos/ew3VtLzbnvnNfUox9

     6 Septembre: Toros de Garcigrande, pour Sebastian Castella, Ivan Fandiño et Joselito Adame.
     https://goo.gl/photos/LNFcjxTVvJw9goLdA


DAX - Feria 2015
     13 Août: Toros de Jandilla, pour Diego Urdiales, Joselito Adame et Juan Leal.
     https://goo.gl/photos/Sj5RZAr8sQZQPwxF9
    
     14 Août: Toros d'Antonio Bañuelos, pour Enrique Ponce, Ivan Fandiño et Daniel Luque.
     https://goo.gl/photos/aBoY2k8PWdRZM7Hv7
    
     15 Août (matin): Toros de Domingo Hernandez, pour El Juli, Jose Maria Manzanares et Pepe Moral.
     https://goo.gl/photos/UrXcuJLZ8fZNG7f97
    
     16 Août: Toros de Jose Escolar Gil, pour Rafaelillo, Manolo Escribano et Alberto Aguilar. 
     (en reconstruction)

DAX - Les corridas de "La Salsa 2015".
     12 Septembre: Toros de Cuadri, pour Fernando Robleño, Javier Castaño et Alberto Lamelas.  
     (en reconstruction)

     13 Septembre: Toros de Montalvo, pour Juan Mora, Jose Maria Manzanares et Miguel Angel Perera.  
     (en reconstruction)


MONT DE MARSAN - Feria de la Madeleine 2015:
Absent, pour raison de santé

 

   TEMPORADA 2014
 

LES CORRIDAS DE BAYONNE 2014
    
9 Août - Toros de Pedres, pour Paco Ureña, Jimenez Fortes et Juan Leal.
    
https://goo.gl/photos/CCRigYHJkUdTFYir6

     10 Août - Toros de Montalvo, pour Ivan Fandiño, Daniel Luque et Joselito Adame.
    
https://goo.gl/photos/EPo7BQEi2pARkQAo6

     6 Septembre - Toros d'Adolfo Martin, pour Fernando Robleño, Manuel Escribano et Alberto Aguilar.
     https://goo.gl/photos/c14FR7Evit19D9887

     7 Septembre - Toros de Garcigrande, pour Juan Bautista, Sebastian Castella et Ivan Fandiño.
     https://goo.gl/photos/7UeQxUnTGbGz2KWM7


MONT DE MARSAN - Feria de La Madeleine 2014
     16 Juillet - 1ère: Toros de Zalduendo, pour Morante de la Puebla, Jose Maria Manzanares et Thomas Dufau.
    
https://goo.gl/photos/Dr8CSCe2mexAPEpW6

     17 Juillet - 2ème: Toros de La Quinta,  pour Antonio Ferrera, El Juli et Ivan Fandiño.
    
https://goo.gl/photos/hfrPyeSNzReLyoD39

     18 Juillet - 3ème: Toros de Fuente Ymbro et Joselito, pour Juan Jose Padilla, Ivan Fandiño et Joselito Adame.
    
https://goo.gl/photos/atem39mWT878C41m6

     19 Juillet - 4ème: Toros de Victorino Martin, pour Diego Urdiales, Manuel Escribano et Alberto Aguilar.
    
https://goo.gl/photos/SvT16kZvvyNNpuqs8

     20 Juillet - 5ème: Toros de Miura, pour Rafaelillo, Fernando Robleño et Javier Castaño
    
https://goo.gl/photos/evpEjBricqJUBVsT7


DAX - Feria 2014
     14 Août - 1ère: Toros de Montalvo, pour Enrique Ponce, Miguel Angel Perera et Juan del Alamo.
    
https://goo.gl/photos/9QFHDs3z5L6sKimV7  

     15 Août/matin - 2ème: Toros de Garcigrande, pour Morante de la Puebla, Jose Maria Manzanares et Juan Leal.
     https://goo.gl/photos/3aeiSAHZ1GStjCnu6

     15 Août/soir -3ème: Toros de Torrestrella, pour Juan Jose Padilla, Daniel Luque et David Galvan.
    
https://goo.gl/photos/KhqnhydecAjG3o1q7

     16 Août - 4ème: Toros de Pedraza de Yeltes, pour Antonio Ferrera, Diego Urdiales et Javier Castaño.
    
https://goo.gl/photos/4CiSShvi8KjGiDdE7

     17 Août - 5ème: Toros de Jose Escolar Gil, pour Rafaelillo, Fernando Robleño et Thomas Dufau.
  
  https://goo.gl/photos/wtvF7n2AAPkZqaTw8
 


DAX - Les corridas de "La Salsa 2014".
     13 Septembre: Toros de Victoriano del Rio, pour El Juli, Sebastian Castella et Roman.
    
https://goo.gl/photos/W7D7bWLeWYuqjRM98

     14 Septembre: Toros de La Quinta, pour El Cid, Ivan Fandiño et Alberto Aguilar.
    
https://goo.gl/photos/ai8KbJH7tA4mNnUt8

 
 
 
A LA TELEVISION…   A LA TELEVISION…   A LA TELEVISION…
 

« SIGNES DU TORO »  - France 3, la Taurine

     Retrouvez les programmes, les émissions, les archives vidéo, les interviews, les chroniques, les anecdotes et humeurs de la planète « Toros », sur la page « Signes du toro » :
    
Actualité: 
         
http://france3-regions.francetvinfo.fr/languedoc-roussillon/emissions/signes-du-toro    
 

LES ARCHIVES DE « TENDIDO SUD »

     Chaque semaine, regardez « Tendido Sud », programme taurin présenté par Christophe Chay, dorénavant sur "TV SUD":
    
A voir, le sommaire, sur: 
          http://www.mediasdusud.fr/emissions/tendido%20sud

     Les archives de "Tendido Sud" - Via "Youtube":
          https://www.youtube.com/results?search_query=Tendido+Sud

 
 
ARCHIVES MADRILENES...
 

LES REVUES "TAURODELTA" 2016

A Voir et revoir: Toute l'actualité de la plaza Monumental de Madrid, durant la temporada 2016. Des articles et des archives à découvrir, parcourir et approfondir - ici en PDF:
     N°80 - Novembre: http://www.las-ventas.com/r_taurodelta/80/revista_80.pdf
     N°79 - Octobre: http://www.las-ventas.com/r_taurodelta/79/revista_79.pdf
     N°78 - Septembre: http://www.las-ventas.com/r_taurodelta/78/revista_78.pdf
     N°77 - Août: http://www.las-ventas.com/r_taurodelta/77/revista_77.pdf
     N°76 - Juillet: http://www.las-ventas.com/r_taurodelta/76/revista_76.pdf
     N°75 - Juin: http://www.las-ventas.com/r_taurodelta/75/revista_75.pdf
     N°74 - Mai: http://www.las-ventas.com/r_taurodelta/74/revista_74.pdf
     N°73 - Avril: http://www.las-ventas.com/r_taurodelta/73/revista_73.pdf

Revue "Taurodelta" - 2016 et les années précédentes:
     http://www.las-ventas.com/revista.asp

 
 
ARCHIVES TAURINES
 
   UN "GROS" PEU D'HISTOIRE…

 

     L'hiver et là! Et avec lui, le temps de la réflexion; le temps d'apprendre, encore et toujours; le temps de vivre sa passion et la conforter, en revivant l'Histoire. Et à ce sujet, quelle que soit l'opinion que chacun puisse avoir d'André Viard, il convient de voir et revoir l'immense boulot qui est le sien, concrétisé par l'exposition et les documents audiovisuels qu'il a conçus et présentés, cette année, au fil de plusieurs grandes ferias, d'Espagne et de France. "Les Tauromachies Universelles": une authentique "Œuvre", tant sur le plan didactique qu'artistique, en défense du Toro et de la Fiesta Brava, non par l'insulte, le mépris, la menace et la violence, mais simplement, concrètement, par "l'Histoire", apportée à tous, grands et petits, Aficionados et néophytes, sur un monde "de lumière et d'honneur", que certains, ignares et faussement sensibles, veulent "éradiquer"…
     L'hiver est là! On a le temps! Certes on n'osera demander "aux antis" d'avoir patience et sagesse "d'apprendre un peu, et "connaitre… avant de parler!", car ce sont deux choses dont ils sont absolument, définitivement, incapables… Mais vous qui passez souvent ici, parce que vous êtes "Aficionados et bonnes gens", vous allez vous régaler.
     En tous cas, "Un gros coup de Sombrero" à André Viard, pour tout ce qu'il fait, en défense de la Fiesta, et notamment pour cette "Histoire de Tauromachies Universelles" 2016.

A découvrir, en vidéos:
     La présentation de l'exposition et ses objectifs - André Viard, par Carlos Millet:
     https://www.youtube.com/embed/1_Ax8ZH8Mp0 

     "TAUROMAQUIAS UNIVERSALES" - 1ère partie - par Pedro Octavio Villar:
     https://www.youtube.com/embed/rpAFAa4JBEA
     "TAUROMAQUIAS UNIVERSALES" - 2ème partie - par Pedro Octavio Villar:
     https://www.youtube.com/embed/xDOIlPqDL10
     "TAUROMAQUIAS UNIVERSALES" - 3ème partie - par Pedro Octavio Villar:
     https://www.youtube.com/embed/5Dyl-bJTTs4

 

     VIDEOS  -  « ABSOLUMENT GENIAL ! »  

     Pour l'Hiver 2011/2012...

     Vous êtes Aficionado ! Vous avez le temps! C’est l’hiver... ou l'été!!!  Il fait froid, il vente... ou il pleut ! Rien ne vaut le coin du feu… ou d'un parapluie!
     Profitez de ces instants, à votre rythme, pour regarder cette longue série de courts reportages (moins de cinq minutes, en général), intitulés « Jueves Taurinos », qui nous vient du Mexique, et qui, en une masse d’archives absolument géniale, nous rapporte « le Toreo de là-bas » et son histoire, mais également « la Fiesta Brava… de partout, au long des ans ».
     On trouvera ici des documents « uniques » sur les figures du Toreo, leur vie, leur personnalité toreras, les cornadas qui ont jalonné leur biographie. On trouvera des images totalement inconnues, sur les suertes du Toreo les plus rares, les plus risquées… avec leurs conséquences. Bref, on trouvera tout ce qui fait que « eux ont osé…que nous n’oserons jamais ». Et c’est pour cela « qu’ils sont tous Toreros », et que nous sommes… qu’aficionados ! Mais « de bons… aficionados ! »

     A ne manquer sous aucun prétexte, cette grande série (en 38 chapitres) du site taurin altoromexico.com, commentée par Heriberto Murieta, à l’écran de Toros2000 grâce à Churumbeldelavilla, via Youtube, et qui sera mise en ligne, ici, « dix par dix ! »
     Que lo pasen bien !!!


La présentation des « JUEVES TAURINOS » :
    
http://www.youtube.com/embed/0vMohwtkKdk 

« JUEVES TAURINOS – 1 »(4’54)
    
http://www.youtube.com/embed/uAbFNOOZkjs

« JUEVES TAURINOS – 2 » (4’11)
    
http://www.youtube.com/embed/K2pDypRLLXk

« JUEVES TAURINOS – 3 » (3’48)
    
http://www.youtube.com/embed/b9FdpCosNEw

« JUEVES TAURINOS – 4 » (4’56)
    
http://www.youtube.com/embed/CC3kkI862eA

« JUEVES TAURINOS – 5 » (3’59)
    
http://www.youtube.com/embed/u2fFxfpSvfM

« JUEVES TAURINOS – 6 » (3’36)
    
http://www.youtube.com/embed/wABU06nUleg

« JUEVES TAURINOS – 7 » (4’56)
    
http://www.youtube.com/embed/aqj8poiPZvk

« JUEVES TAURINOS – 8 » (4’25)
    
http://www.youtube.com/embed/TDKL2cmizAw

« JUEVES TAURINOS – 9 » (3’36)
    
http://www.youtube.com/embed/Um0LV7e3E28

« JUEVES TAURINOS – 10 » (5’30)
    
http://www.youtube.com/embed/4frvoa-m56M

« JUEVES TAURINOS – 11 » (4’51): Carlos Arruza et Alfredo Leal
    
http://www.youtube.com/embed/MsiB8JzlSCQ

« JUEVES TAURINOS – 12 » (4’18)
    
http://www.youtube.com/embed/gBAeNaswYqE

« JUEVES TAURINOS – 13 » (3’42)
    
http://www.youtube.com/embed/l44vitUocGc

« JUEVES TAURINOS – 14 » (3’12)
    
http://www.youtube.com/embed/kOL7LReO9O0

« JUEVES TAURINOS – 15 » (4’42)
    
http://www.youtube.com/embed/ji_ca8doBDw

« JUEVES TAURINOS – 16 » (4’01)
    
http://www.youtube.com/embed/LhgjGbdPD9s

« JUEVES TAURINOS – 17 » (4’07)
    
http://www.youtube.com/embed/mCP79EIPAeo

« JUEVES TAURINOS – 18 » (2’49)
    
http://www.youtube.com/embed/cq68Ipvojus

« JUEVES TAURINOS – 19 » (4’49)
     http://www.youtube.com/embed/jyrcEpSs_KM

« JUEVES TAURINOS – 20 » (5’36)
     http://www.youtube.com/embed/9oXxIVC7lec

« JUEVES TAURINOS – 21 » (4’11)
     http://www.youtube.com/embed/leoexbnrx9c

« JUEVES TAURINOS – 22 » (3’16)
     http://www.youtube.com/embed/v8ZMEKNmXXI

« JUEVES TAURINOS – 23 » (3’53)
     http://www.youtube.com/embed/fmWhdn1pCgo

« JUEVES TAURINOS – 24 » (3’35)
     http://www.youtube.com/embed/Wu1XXPL1Szs

« JUEVES TAURINOS – 25 » (4’07)
     http://www.youtube.com/embed/ZfZWj64Bwb0

« JUEVES TAURINOS – 26 » (5’13)
     http://www.youtube.com/embed/tLPCFGa-6Cg

« JUEVES TAURINOS – 27 »
   
 En attente.

« JUEVES TAURINOS – 28 » (3’03)
    
http://www.youtube.com/embed/BheJDuaVd_Q

« JUEVES TAURINOS – 29 » (2’31)
     http://www.youtube.com/embed/9Iu6oCfH-y8

« JUEVES TAURINOS – 30 » (4’35)
    
http://www.youtube.com/embed/_l0BrpTEYMs

« JUEVES TAURINOS – 31 » (3’50)
     http://www.youtube.com/embed/I92V6TsD0Zk

« JUEVES TAURINOS – 32 » (4’13)
     http://www.youtube.com/embed/SuM40G4DK6c

« JUEVES TAURINOS – 33 » (5’12)
     http://www.youtube.com/embed/KWQR-cM4JCI

« JUEVES TAURINOS – 34 » (4’21)
     http://www.youtube.com/embed/dOL3nrYgD_A

« JUEVES TAURINOS – 35 » (2’54)
     http://www.youtube.com/embed/nP38JCOVHwM

« JUEVES TAURINOS – 36 » (5’15)
     http://www.youtube.com/embed/zaufYl6FZ24

« JUEVES TAURINOS – 37 » (3’35)
     http://www.youtube.com/embed/oV6actzR9TQ

« JUEVES TAURINOS – 38 » (3’09)
     http://www.youtube.com/embed/fwdbOeebSpA

« JUEVES TAURINOS – 39 » (4’00)
     http://www.youtube.com/embed/_UY-dEebJHg

« JUEVES TAURINOS – 40 » (4’55)
     http://www.youtube.com/embed/TSkot8MHhxA

 

 
 

LES GRANDES ARCHIVES DU PASSE !!!
     Le Toro et le Toreo « d’hier »… 100 ans d’histoire, par l’image, dans cette page spéciale du quotidien "ABC", de Séville:
               « CIEN AÑOS DE TOROS – UN SIGLO DE IMAGENES »
    
                    Ici: http://www.abcdesevilla.es/informacion/archivo_taurino/index.asp